• Thibaut Pilatte

La civette d’Owston, méconnue et menacée


Civette d'Owston (Chrotogale owstoni) ©Klaus Rudloff

Un animal dont on sait peu de choses

La civette d’Owston (Chrotogale owstoni) est un viverridé d’Asie du sud-est. Son aire de répartition s’étend du sud de la Chine au Laos en passant par le Vietnam. Principalement terrestre et nocturne on la différencie des autres civettes par ses bandes noires. Son long museau lui permet de débusquer ses proies, surtout des petits mammifères, poissons, grenouilles et insectes. Elle est solitaire et met au monde 1 à 3 petits après environ 75 à 90 jours de gestation. On sait très peu de choses sur l’espèce, elle est rare dans la nature et peu de recherches ont été menées à son sujet.

Les menaces qui pèsent sur l’espèce

Comme de nombreuses espèces dans cette région du Monde, la civette d’Owston souffre de la destruction et de la réduction de son habitat. Son aire de répartition est également plus petite que les autres espèces de civettes.

Très persécutée, elle est chassée pour sa viande alors que sa peau est utilisée comme trophée ou pour la taxidermie. Elle est également victime de la chasse à “l’aveugle”, par exemple l’utilisation de collets. Sa rareté et sa beauté en font une cible de choix pour le trafic illégal. Quelques individus sont confisqués par les autorités mais les contrôles sont rares.

La population de l’espèce a chuté de 50% en 15 ans, en 2015 elle est reclassée “en danger” (classée “vulnérable” auparavant) par l’UICN.

Plan de conservation et programme de reproduction

Des mesures ont été prises pour la protéger. L’espèce est inscrite à l’annexe I de la CITES pour limiter le trafic illégal et la chasse.

L’ONG Save Vietnam Wildlife lance un programme de reproduction en 1997. En 2004, 6 civettes sont envoyées dans des zoos européens pour développer ce programme. Il prend le nom de Programme de Conservation des petits Carnivores (SCP) et en 2008 il devient le Programme de Conservation des Carnivores et Pangolins. Les espèces asiatiques de pangolins sont en effet au bord de l’extinction pour les raisons similaires à la civette d’Owston. Aujourd’hui le programme a enregistré 66 naissances et manage la population mondiale.

En 2019 des experts se sont réunis à Hanoï pour développer les mesures de conservation dans un plan d’action pour la période 2019-2029 (disponible pour les anglophones ici).

Ce plan a pour objectif d’atteindre une population stable pour 2050. Il préconise une bonne coordination entre les différents partenaires et de les lier avec d’autres espèces. Le saola (Pseudoryx nghetinhensis) et le Muntjac géant (Muntiacus vuquangensis) classés tous les deux “en danger critique d’extinction” font partie des espèces protégées par Save Vietnam Wildlife (nous avions publié un article sur le saola ici).

Les participants ont retenu que le développement du programme de reproduction était nécessaire. Il s’agira également de réduire la population captive hors du programme (collection privée, trafic, ferme à café). Aujourd’hui 5 zoos européens accueillent des civettes d’Owston, en France, seul le Zoo de Lyon en présente depuis peu.

L’objectif principal est de protéger la civette dans son milieu naturel notamment en créant des zones protégées. En plus du viverridé, le saola et le Muntjac géant pourront en bénéficier. Des recherches vont être menées sur le comportement et l’habitat de la civette d’Owston afin de mieux comprendre l’espèce et adapter les mesures de conservation.

Références :

Le courrier VN

Mamimalworld

UICN

Save Vietnam

© 2019 par Wildlife Century Mentions légales

  • facebook-logo
  • twitter_socialnetwork_20007
  • Instagram_icon-icons.com_66804