• Thibaut Pilatte

La lente renaissance de l'albatros d'Amsterdam

L’albatros d’Amsterdam (Diomedea amsterdamensis) est un oiseau marin monogame, endémique de l’Ile d’Amsterdam. Cette minuscule aire de répartition en fait une espèce très fragile. Elle est aujourd’hui classée “en danger” par l’UICN.


Albatros d’Amsterdam (Diomedea amsterdamensis) © Rémi Bigonneau


Habitat


L’Ile d’Amsterdam est située au milieu de l’océan Indien. D’une surface de 55m2, elle est uniquement habitée par des scientifiques. Elle fait partie des 5 Terres Australes de France. L’île abrite une biodiversité incroyable et notamment en terme de faune marine. En plus de l’albatros d’Amsterdam, l’île héberge 2 autres espèces d’albatros classées “en danger’” par l'UICN : l’albatros à nez jaune (Thalassarche chlororhynchos) et l’albatros brun (Phoebetria fusca). Le site est classé RAMSAR (convention de protection des zones humides) et réserve naturelle nationale.


Albatros de Carter (Thalassarche carteri)​ et allbatros brun (Phoebetria fusca)



Menaces


L’espèce fait partie d’un programme de recherche du CRNS depuis les années 1980.

4 menaces principales ont été identifiées :

  • capture accidentelle par les filets de pêche

  • augmentation de la mortalité des poussins par des agents pathogènes

  • introduction de prédateurs

  • difficulté à trouver de la nourriture

Les albatros ont un faible taux de reproduction, seulement 1 oeuf par an ou tous les 2 ans.

Cette faible productivité menace le renouvellement de l’espèce et crée aussi un goulot d’étranglement génétique (réduction de la diversité génétique) avec 160 à 170 individus en 2010. Pour les scientifiques, le phénomène ne semble pas poser problème par rapport à d’autres espèces et serait un caractère propre à l’albatros.

L’aire de répartition très réduite rend l’espèce vulnérable aux changements de son habitat, une catastrophe écologique ou naturelle ou une épidémie pourrait exterminer l’espèce.


Albatros d’Amsterdam (Diomedea amsterdamensis) © Rémi Bigonneau



Conservation


Pour faire face à ces nombreuses menaces, le ministère de l’écologie français lance un Plan National d’Actions (PNA) pour la période 2011-2015. Il sera même étendu jusqu’en 2018. Ce programme doit permettre la réalisation de toute une série d’actions à but conservatoire. De nombreuses mesures sont prises (voir PNA 2011-2015), notamment sur les risques d’accidents et de transmission de maladie. Le bétail est éradiqué de l’île pour restaurer les zones humides des hauts plateaux, le biotope de l’albatros d’Amsterdam.

Un nouveau PNA est alors publié pour la période 2018-2027.

La suppression des chats, souris et rats de l’île au sein du programme Birdlife International, réduisant ainsi la prédation des poussins est prévue pour 2022 ou 2023.

L’espèce est protégée, par conséquent la destruction de nids, d’individus, l’enlèvement ou la capture ainsi que la mutilation et la naturalisation d’individus sont prohibés.

L'Australie a également pris en compte la situation de l’espèce dans sa législation sur la pêche, bien que non présente sur son territoire, les bateaux australiens peuvent pêcher au large de l’île d’Amsterdam.


Albatros d’Amsterdam (Diomedea amsterdamensis) © Rémi Bigonneau



Situation actuelle


Aujourd’hui, le nombre d'individus repart à la hausse et les mesures de conservation semblent porter leurs fruits. L’espèce était classée “en danger critique d’extinction” depuis 1994, son statut change en 2018 et l’UICN classe l’espèce “en danger”.



Un grand merci à Rémy Bigonneau pour l'utilisation de ses photos. Rares et de grandes qualités, il nous était difficile de les choisir, nous vous présentons ci-dessous d'autres clichés réalisés lors d'une mission scientifique sur l’Ile d’Amsterdam. Son expérience est à découvrir sur son blog.


Références:

UICN

Oiseaux.net

Espaces-naturels.info

PNA 2011-2018

PNA 2018-2027


© 2019 par Wildlife Century Mentions légales

  • facebook-logo
  • twitter_socialnetwork_20007
  • Instagram_icon-icons.com_66804