• Thibaut Pilatte

Le macagua rieur, rapace mangeur de serpents de l'Amérique du Sud


Macagua rieur (Herpetotheres cachinnans) © Ismael Arellano Ciau



Un grand faucon


Le macagua rieur (Herpetotheres cachinnans) est un rapace d’Amérique du Sud et d’Amérique Centrale. Son nom vient des vocalises qu’il émet, semblables à des rires moqueurs. Son aire de répartition s’étend du Mexique au sud du Pérou, au nord de l’Argentine et au sud du Brésil. Malgré son apparence d’accipitridé (famille des buses, aigles etc…) il fait partie de la famille des falconidés (famille des faucons). D’une taille de 53 cm, il peut peser entre 500 et 800g. A titre de comparaison, le faucon crécerelle (Falco tinnunculus), très commun en France, pèse entre 150 et 310 g !

Il occupe les savanes dans les zones tropicales et subtropicales et s’adapte facilement à tous types d’habitats, il a été observé jusqu’à 2400 mètres d’altitude en Colombie. Il utilise les cavités comme lieu de nidification. Au Brésil, il niche parfois sur les nids artificiels installés par les programmes de conservation pour l’ara hyacinthe (Anodorhynchus hyacinthinus). La femelle pond 1 ou 2 oeufs (1 oeuf pour ¾ des cas ). La saison de reproduction a généralement lieu après la saison humide, l’abondance de nourriture y est plus importante.


Aire de répartition du macagua rieur (Herpetotheres cachinnans) © UICN



Un super prédateur


Son aire de répartition étant très vaste, il est impossible de lister toutes les espèces qu’il chasse. Selon une étude, 73% de ses proies sont des serpents, mais les chiffres varient selon les régions. Sédentaire et territorial, il chasse depuis un perchoir. Il avale les petits serpents tandis que les autres, plus gros, sont dépecés à coups de bec. L’origine latine de son nom, Herpethores, renvoie à son régime alimentaire spécialisé. Il est capable de chasser des serpents très venimeux comme le serpent corail ou les vipères d’Amérique du Sud, également appelées "fer de lance". Selon Parker (1990), une observation d’attaque sur un boa constrictor (Boa constrictor) de 72 cm a été rapportée. Les serpents non-venimeux sont également susceptibles de finir entre les serres du macagua rieur.

Il complète son régime alimentaire avec des rongeurs, des oiseaux, des lézards et des poissons.


Macagua rieur (Herpetotheres cachinnans) © Jorge Cano



Conservation et menaces


L’espèce est assez commune et classée “préoccupation mineure” par l’UICN. Elle n’est pas menacée à court terme. Toutefois, les populations seraient en baisse dans certaines régions. Dans l’ouest de l’Equateur, la population serait fragmentée et en déclin. Le régime spécialisé du macagua rieur le rend vulnérable et directement dépendant vis-à-vis du nombre de serpents. Pour le moment, il n’existe pas d’action de conservation destinée à l’espèce.

Références:

Oiseaux.net

Miller, E.T. & Greeney, Harold & Valdez, U.. (2010). Breeding behavior of the laughing falcon (Herpetotheres cachinnans) in southwestern Ecuador and northwestern Peru. Ornitologia Colombiana. 10. 43-50.


Costa, Henrique & Lopes, Leonardo & De Freitas Marçal, Bráulio & Zorzin, Giancarlo. (2014). The reptile hunter's menu: A review of the prey species of Laughing Falcons, Herpetotheres cachinnans (Aves: Falconiformes). North-Western Journal of Zoology. 10. 445-453.


Medrano-Vizcaíno P (2019) Predating behavior of the Laughing falcon (Herpetotheres cachinnans) on thevenomous Amazonian pit viper Bothrops atrox (the use of roads as a prey source). BioRisk 14: 25–30


© 2019 par Wildlife Century Mentions légales

  • facebook-logo
  • twitter_socialnetwork_20007
  • Instagram_icon-icons.com_66804