• Thibaut Pilatte

Les doucs, des primates hauts en couleurs d’Asie du Sud-Est


Douc à pattes rouges (Pygathrix nemaeus) © David Cook


Les doucs sont des primates hauts en couleurs d’Asie du Sud-Est. De la famille des cercopithecidae, il existe 3 espèces différentes et toutes sont gravement menacées d’extinction.



Taxonomie


Les doucs forment le genre “Pygathrix” :


  • Le douc à pattes rouges (Pygathrix nemaeus), Il vit au Laos, au Vietnam et dans une petite zone du Cambodge.

  • Le douc à pattes grises (Pygathrix cinerea). Il vit au Vietnam et au Cambodge.

  • Le douc à pattes noires (Pygathrix nigripes). Il vit au Camdbodge et au Vietnam.


Dans l'ordre P. nemaeus, P. cinerea et P. nigripes © Chris gold, Klaus Rudloff et Chà Vá Chân Đen



Ecologie


Le douc vit dans les forêts primaires et secondaires dans la canopée. Il est principalement arboricole mais peut parfois descendre au sol. Bien qu’ayant une certaine notoriété dans le Monde pour ses couleurs attrayantes, le douc reste méconnu, seulement 2 études de plus de 2 mois ont été réalisées pour étudier son comportement. Il vit en groupe multi-sexe ou en harem (un mâle et plusieurs femelles).

Son régime alimentaire se compose de feuilles (à 82%), de fleurs (40%), de fruits et de graines (14%). Le douc n’a pas besoin de boire, il s’hydrate uniquement avec son alimentation.



Menaces


Les espèces de doucs sont classées “en danger critique d’extinction” par l’UICN. Elles accusent toutes une baisse de population d’environ 80% sur les 3 dernières générations (36 ans). Les doucs sont menacés par la transformation et la réduction de leur habitat. Les coupes de bois sont monnaies courantes y compris dans les zones protégées en Asie du Sud-Est.

Ces primates sont aussi victimes de trafic et de braconnage. Bien que protégés et classés à l’annexe I de la CITES qui en interdit la commercialisation, les doucs sont fortement chassés pour leur viande et leurs os. Ces derniers sont utilisés par la médecine traditionnelle, notamment au Vietnam.



Conservation


Plusieurs ONG viennent en aide à ces cercopithèques. Le Douc Langur Foundation (DLF) ainsi que le projet Anoulak tentent de protéger localement les langur en effectuant des patrouilles via des gardes “locaux”. Une manière d’impliquer les populations locales et qui semble porter ces fruits ces dernières années à l’image de Kalaweit en Indonésie qui pratique les mêmes méthodes. Entre 2009 et 2011, 8 doucs sont confisqués et 15 000 pièges à collets sont retirés ! Le DLF soutient également des études sur l’alimentation des doucs et sensibilise les jeunes générations dans les écoles.

L’Endangered Primate Rescue Center (EPRC) recueille différents primates au Vietnam. Ces espèces rares en captivité font ensuite l’objet d’un élevage. 180 jeunes sont nés au centre toutes espèces confondus. L’EPRC a également un programme de réhabilitation, pour le moment aucun douc n’a été relâché, il concerne plutôt des langurs et des loris. La réhabilitation n’est jamais simple mais on peut imaginer à terme que relâcher des doucs serait possible si toutes les conditions sont réunies. Le centre travaille également en collaboration avec le centre de primatologie allemand afin de clarifier la classification. C’est ainsi que de nombreuses espèces ont été identifiées comme le douc à pattes noires (Pygathrix nigripes).



Références:

UICN redlist

Douc Langur org

Projet anoulak

EPRC