• Thibaut Pilatte

Une association bolivienne tente de sauver l'ara de Lafresnaye de l'extinction


L’ara de Lafresnaye (Ara rubrogenys) est endémique des forêts sèches de Bolivie. C’est un ara de taille moyenne, 50 à 60 cm avec une dominance de vert vif, le front est rouge-orangé alors que les primaires sont bleu pâle. Ils se regroupent sur les falaises pour nicher. Certains individus nichent dans des palmiers mais ils représentent une minorité. La femelle pond alors 1 à 3 œufs entre février et mars. Il vit entre 1 000 et 2 000 mètres d’altitude.

L’ara de Lafresnaye se nourrit de graines, de fruits et se sert occasionnellement dans les cultures de maïs.


ara de Lafresnaye (Ara rubrogenys)

Ara de Lafresnaye (Ara rubrogenys) en captivité ©Melvin Toullec



Un habitat menacé


Ara rubrogenys est gravement menacée. L'espèce a vu son statut “en danger” évoluer vers “en danger critique d’extinction” selon l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), soit le dernier stade avant l’extinction.

Une étude en 1991 affirme que 40% de la végétation de son aire de répartition a disparu. En 2016, le gouvernement crée une loi autorisant la culture sur brûlis pour 5 à 20 hectares. C'est-à-dire brûler la forêt pour en faire une zone agricole. En 2020 c’est 5 millions d’hectares qui sont partis en fumée. Des militaires ont été placés pour surveiller les parcelles de forêts mais les résultats semblent visibles mais insuffisants. Entre janvier et novembre 2021, 3,6 millions d’hectares ont brûlé.


ara de Lafresnaye (Ara rubrogenys)

Ara de Lafresnaye en captivité. Des falaises ont été aménagées pour qu'ils nichent comme dans leur milieu naturel ©Melvin Toullec



Victime du trafic


Officiellement, l’espèce est protégée mais la législation n’est pas appliquée. 26 aras de Lafresnaye sont saisis en Bolivie en 2004 et 2005. En 2011, 45 aras sont recensés dans les habitations locales et plus de 100 en 2017 ! L’espèce est pourtant classée à l’annexe I de la CITES qui interdit toute exportation et commercialisation excepté à des fins scientifiques.


Falaise protégée par l'association Armonia ©Armonia



Des efforts de conservation qui semblent porter leurs fruits


En 1993, l’association Armonia est créée. C’est la première association de protection de l’avifaune bolivienne. Aujourd’hui, elle coordonne 15 programmes de conservation en intégrant un développement local durable. En 2008, Armonia crée la Réserve naturelle des aras. 50 hectares de falaises sont ainsi protégés et permettent aux aras de pouvoir nicher. Afin de développer une économie locale durable, des boliviens reçoivent des formations en apiculture et un écolodge est créé. La mise en valeur de la biodiversité de la Réserve assure

une protection à la faune et est bénéfique aux populations locales. Armonia édite le 1er guide des oiseaux de Bolivie et contribue ainsi à sensibiliser les boliviens.

1160 aras sont comptabilisés en 2021 contre 807 en 2012. Une belle récompense pour l’association et tous les acteurs du programme.


Un grand merci au Bioparc de Doué la Fontaine pour les informations. Le Bioparc est partenaire d’Armonia depuis 2009 et héberge des aras de Lafresnaye dans sa grande volière sud-américaine.




Références :

UICN

Sciences et Avenir

Lefigaro

France 24

Armonia

Bioparc

Rojas, & Yucra, & Vera, & Requejo, & Tella, José. (2012). A new population of the globally Endangered Red-fronted Macaw Ara rubrogenys unusually breeding in palms. Bird Conservation International. 24. in press. 10.1017/S095927091200038X.

Collar, Nigel & Boesman, Peter & Sharpe, Chris. (2020). Red-fronted Macaw (Ara rubrogenys). Birds of the World. 10.2173/bow.refmac1.01.

Pitter, Elin & Christiansen, Mette. (1995). Ecology, status and conservation of the Red-fronted Macaw Ara rubrogenys. Bird Conservation International. 5. 61 - 78. 10.1017/S0959270900002951.