A la découverte du tamarin à manteau doré

July 18, 2020

Le tamarin à manteau doré (Leontocebus tripartitus) est un petit primate du Nord-Est de l’Equateur et du Nord du Pérou. Il facilement dissociable des autres espèces de tamarins grâce à la robe orangée qu’il arbore au niveau du thorax et de la nuque. Le bas de son corps est gris chamoisé, sa tête est noire avec un museau et une face de couleur blanche. On sait assez peu de choses le concernant. La classification n’est pas claire, cependant une révision taxonomique récente l’a classé dans le nouveau genre Lecontocebus (auparavant Saguinus). 

 

Tamarin à manteau doré (Leonteocebus tripartitus) © Olivier Dangles

 

 

Ecologie et comportement

 

Le mode de vie du tamarin à manteau doré ne semble pas très différent de celui des autres espèces de tamarins. Il vit en petits groupes familiaux sur un territoire défini. Les tamarins, en milieu naturel, ne vont pas au sol et se déplacent d’arbres en arbres. Au contraire de certains primates d’Amérique du Sud plus imposants, les tamarins n’ont pas de queue préhensile. Ici, elle sert plutôt de balancier, lui permettant de garder l’équilibre lorsque le tamarin saute d’une branche à l’autre. 

Souvent, il cohabite avec d’autres espèces et peut ainsi mettre en place une entraide : on a par exemple vu des tamarins à manteau doré évoluer avec des capucins, des titis et des saïmiris. 

Ses doigts longilignes lui permettent de gratter l’écorce à la recherche d’insectes mais aussi de se nourrir de gomme. 

 

© Chloé et Trevor

 

 

Aire de répartition

 

L’aire de répartition du tamarin à manteau doré s’étend du Rio Napo en Equateur au Rio Curaray au pérou. Il est très présent au Yasuni National Park, cette aire protégée de 900 000 hectares lui assurant une bonne sécurité. Ouverte en 1979 et inscrite à l’UNESCO en 1989, elle accueille plus de 200 espèces de mammifères et 660 espèces d’oiseaux ! Toutefois, à l’image de la Réserve de Cuyabeno (nous avions écrit un article à ce sujet), l’aire regorge de pétrole. La guerre entre les exploitants de pétrole et les communautés locales dure depuis des années. Le développement de la zone et de ses axes routiers pourrait fragiliser l’espèce. 

Au Pérou le tamarin à manteau doré n’a malheureusement pas encore été découvert dans des zones protégées.

 

© Chloé et Trevor

 

 

Menaces et conservation 

 

L’espèce est classée “quasi-menacée” par l’UICN. Longtemps considéré comme non menacé, le tamarin à manteau doré a vu ses effectifs chuter de 25% en 18 ans ! La déforestation est la raison principale de cette baisse. Il ne semble pas exister de mesures de conservation propres à cette espèce. Le développement de l'écotourisme a permis de donner à la biodiversité de la région une valeur économique, et aux communautés locales des ressources pour vivre. 


Références :
Bioweb

IUCN

Voyage en Equateur

 

 

Partager sur Facebook
Partager Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Le vison d'Europe au bord de l'extinction

January 2, 2020

1/6
Please reload

Posts Récents