top of page
  • Photo du rédacteurThibaut Pilatte

La lycose de Tarente, la véritable tarentule


Gros plan d’une lycose de Tarente (Lycosa tarantula)

Gros plan d’une lycose de Tarente (Lycosa tarantula) ©Raphaël Grellety



Confusion tarentule/ mygale


Contrairement à ce que pensent beaucoup de français, les termes “tarentule” et “mygale” ne désignent pas les mêmes espèces. “Tarentule” fait référence à la lycose de Tarente (Lycosa tarantula). L’origine du nom vient de la ville de Tarente de la région des Pouilles en Italie. La morsure de cette araignée était très redoutée par les habitants. Une danse, la tarentelle, a même été créée au XVIIème siècle pour combattre les effets de son venin. Il s’avère qu’en réalité ce n’était pas des morsures de tarentules. Une des hypothèses est qu'il s'agit de la veuve noire (Latrodectus tredecimguttatus). La danse était également un bon prétexte pour contourner l’interdiction de danser établie par l’Eglise catholique.

Et la mygale dans tout ça ? Ce terme définit toutes les espèces au sous-ordre des mygalomorphes. Il existe plusieurs milliers d’espèces (environ 2600) de ces araignées aux grosses chélicères (organe qui se finit par les crochets à venin). La confusion vient du fait que les colons italiens ont baptisé les mygales d’Amérique du Nord “tarantula”. C’est d’ailleurs le nom officiel en anglais et en espagnol pour les mygales de la famille des Theraphosidae. Un joli casse-tête linguistique.

Il existe bien des mygales françaises des genres Atypus, Cteniza, Nemesia et Macrothele (introduit). Rassurez-vous, ces espèces ne sont pas dangereuses et aucune espèce d’araignées en France n’est mortelle pour l’Homme.


Lycose de Tarente (Lycosa tarantula)

Lycose de Tarente (Lycosa tarantula) ©Raphaël Grellety



Un membre des araignées-loups


La Lycose de Tarente également appelée lycose de Narbonne fait partie de la partie des lycosidés ou araignées-loups. Ces araignées chassent à l'affût au sol. Elles se caractérisent par 4 grands yeux postérieurs et ne tissent pas de toile pour attrapper leurs proies. Vous avez sûrement déjà observé un grand nombre d’araignées-loups, notamment du genre Pardosa. Ces petites araignées, très nombreuses, courent au sol dans les jardins.



Description


Lycosa tarantula est de couleur brun foncé à gris clair. Le mâle mesure 2,2 à 3 cm et 1,8 à 2,2 cm pour la femelle. La couleur est variable, ses habitats de prédilections sont les milieux caillouteux, les pelouses sèches et les garrigues. C’est une espèce du Sud de l’Europe.

Les subadultes et femelles creusent un terrier d’environ 20 cm. Il est souvent ornementé d’une toile. Ils chassent à l’affût depuis ce petit abri, des insectes et d’autres araignées. Le mâle est présent début printemps et la femelle tout au long de l’année.


Une femelle avec son cocon et une autre avec ses petits ©Julien Tchilinguirian ©Laurent Bouvin



Une mère assidue


La femelle pond un cocon rond qu’elle sort au soleil. Une fois que les petits ont éclos, ils s’accrochent avec leurs pattes à l'abdomen de leur mère avant la phase de dispersion. C’est une pratique courante chez les araignées-loups. Comme la plupart des araignées, c’est par les airs que les juvéniles s’éparpillent. Cette pratique, appelée le ballooning, consiste à accrocher un fil de soie en hauteur (mur, arbre, herbes hautes etc…), attendre un vent favorable avant de se catapulter et de se laisser porter par les courants aériens.



Références :

A la découverte des araignées et autres arachnides - Alain Canard, Christine Rollard

Les mygales Marie-Sophie Germain

Fascinantes araignées - Christine Rollard, Philippe Blanchot




Comments


bottom of page